Dans le département du Lot, Rocamadour est un sanctuaire perché à flanc de falaise qui surplombe la vallée de l’Alzou.

    Ce village médiéval, par ailleurs classé parmi les  « Plus Beaux Villages de France », concentre un patrimoine culturel et religieux exceptionnel, fruit de siècles de pèlerinage et de dévotion.

    La cité amadourienne est une étape sur les Chemins de Saint Jacques de Compostelle, et à ce titre le site est inscrit au titre du patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Dans cet article nous vous proposons de plonger dans l’univers mystique de Rocamadour et de découvrir des secrets qui font de ce village médiéval un lieu légendaire.

     

    1la couleur noire de notre-dame de rocamadour

     

    La statue de la Vierge Noire de Rocamadour, vénérée pour ses miracles et ses pouvoirs de guérison, intrigue par sa couleur sombre inhabituelle.

    Sculptée en bois de noyer, elle était initialement polychromée, avec quelques plaques d’argent.

    Le mystère entourant sa couleur noire persiste et alimente toujours la fascination des croyants et des historiens.

    Différentes pistes ont été écartées : vieillissement naturel du bois, enduit protecteur, transfert de l’oxydation des revêtements métalliques, suie de combustion de cierges ou de lampes à huile… Le mystère persiste, nourrissant les légendes et les hypothèses.

    Qu’elle soit d’origine divine ou scientifique, cette particularité contribue à l’aura mystique et à la dévotion que suscite cette statue unique.

    La Vierge Noire à Rocamadour

    2pourquoi des bateaux à rocamadour ?

    Ex-voto dans la Chapelle Notre-Dame de Rocamadour

    Nous sommes d’accord, Rocamadour est située en pleines terres quercynoises, et il n’y a pas la mer.

    Alors pourquoi Notre-Dame de Rocamadour est-elle si bien connue des marins ?

    Cela remonte au 12ème siècle, à l’époque où Henri Plantagenêt (futur roi d’Angleterre), miraculeusement guéri d’une grave maladie, fait deux pèlerinages à Rocamadour pour remercier la Vierge.

    Après sa conquête de la Bretagne, il fait construire dans la rade de Brest, à Camaret-sur-Mer, une chapelle dédiée à la Vierge Noire du Quercy, qui devient ainsi la patronne des marins.

    C’est pourquoi Rocamadour acquiert cette réputation de sanctuaire de protection des marins.

    Depuis on peut voir dans la chapelle des ex-voto (offrandes en remerciement d’une grâce obtenue) en forme de maquettes de bateaux suspendus, en gratitude des sauvetages miraculeux intervenus en mer.

    La Vierge noire de Rocamadour a même été la patronne de l’édition 2016 du Vendée Globe.

    3notre-dame de rocamadour aussi à québec !

    À Québec, dans le quartier Limoilou, l’église Saint-Fidèle abrite un sanctuaire dédiée à Notre-Dame de Rocamadour.

    L’origine en revient à Jacques Cartier, navigateur français. A la demande de François Ier, il effectue trois voyages vers l’Amérique du Nord et découvre le Canada.

    En 1536, lors du second voyage, son équipage à bord de « La Grande Hermine » est décimé par le scorbut. Après une procession de supplication à la Vierge Noire, la patronne des marins, l’équipage est miraculeusement sauvé grâce à un Iroquoien qui enseigne à Cartier la recette d’une décoction d’aiguilles d’annedda, un sapin de la région.

    De cet épisode naît la dévotion mariale à la Vierge Noire et, aujourd’hui encore, la plus grande paroisse de Québec est toujours dédiée à Notre-Dame de Rocamadour.

    Jacques Cartier miraculé au Canada
    Tableau de Antonio Masselotte. Cartier intercède auprès de Notre-Dame de Rocamadour

    4la cloche qui sonne toute seule

    Dans la petite chapelle Notre-Dame du sanctuaire de Rocamadour, une cloche de fer forgé suspendue passe presque inaperçue.

    Très ancienne (probablement antérieure au 9ème siècle) et de petite taille (33 cm de diamètre), elle est suspendue par une anse mais ne dispose pas de corde pour l’actionner.

    Et pourtant elle sonne !

    En effet lorsqu’un marin est sauvé en mer après avoir intercédé auprès de la Vierge noire, cette cloche miraculeuse se fait l’écho du miracle en tintant.

    Elle aurait sonnée pour la dernière fois le 31 décembre 1612 pour annoncer le sauvetage d’un marin breton, Jacques Jas, et de son équipage pris dans une violente tempête.

    5l’épée durandal

    C’est dans le rocher du sanctuaire de Rocamadour qu’est plantée l’épée Durandal.

    En 778 Charlemagne est en guerre pour déloger les Musulmans installés dans le nord de l’Espagne.

    Au retour des troupes, son neveu Roland, le suit à l’arrière garde. Il est attaqué au col de Roncevaux, dans l’ouest des Pyrénées, par les Vascons (des natifs basques de cette région) qui veulent se venger du pillage de Pampelune.

    La légende veut que Roland, juste avant de mourir, et n’arrivant pas à casser son épée pour qu’elle ne tombe pas aux mains des infidèles, demande l’aide de l’archange Saint-Michel pour la lancer de toutes ses forces au loin (300 km tout de même !). 

    Elle est venue se planter ici à Rocamadour, au-dessus de la porte de la chapelle Notre-Dame, où elle est toujours en place.

    L'épée Durandal

    6la fresque macabre

    Rocamadour - La rencontre des trois morts et des trois vifs

    Sur la façade extérieure de la chapelle Notre-Dame, on peut voir une fresque murale du 15ème siècle qui met en scène la Rencontre des trois morts et des trois vifs, un motif artistique populaire à la fin du Moyen-Âge.

    Une grande partie de la composition a disparu lors du percement d’une ouverture.

    Elle représente la rencontre entre trois nobles vêtus de riches habits et trois squelettes grimaçants : les morts s’adressent aux vivants pour les avertir de la vacuité de leur existence et les inciter à se repentir avant qu’il ne soit trop tard.

    La présence de cette fresque à Rocamadour s’explique par l’importance de ce lieu de pèlerinage : les pèlerins étaient ainsi confrontés à cette représentation macabre pour les inciter à méditer sur leur propre condition et à mener une vie pieuse.

    7l’escalier des chapelains

    Il y a à Rocamadour un escalier « secret » : en fait il s’agit de l’Escalier des Chapelains, qui est normalement réservé au personnel du sanctuaire.

    Il est partiellement creusé dans la falaise et relie directement le Château à la sacristie de la basilique, 80 mètres plus bas.

    Il est rarement ouvert au public, et on peut le découvrir en partie lors d’évènements exceptionnels, comme les Journées Européennes du Patrimoine.

    Une autre possibilité est de profiter d’une visite exclusive « Rocamadour secret », en participant à la collecte de dons pour la restauration du Château.

    Si vous avez cette opportunité, c’est l’occasion de prises de vues inhabituelles sur la cité sacrée.

    8notre-dame de l’ovalie

    Dans le contexte de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’Etat, est née une opposition idéologique entre les catholiques soutenant le football et les anticléricaux favorisant le rugby.

    Cela explique que le Sud-Ouest, région natale des Républicains artisans de de cette loi (Jean Jaurès est né à Castres, Léon Gambetta à Cahors) devient terre de l’ovalie.

    Dans les années 30, l’abbé Henri Pistre, un prêtre surnommé le « pape du rugby » contribue à dédiaboliser ce sport auprès des catholiques et à diffuser ses valeurs.

    Aujourd’hui, la relation entre le rugby et l’Eglise catholique est apaisée et positive.

    À Rocamadour, la petite Chapelle Saint-Louis creusée dans le flanc de la falaise est dédiée à la protection des joueurs de rugby depuis 2011 (rebaptisée Notre-Dame de l’Ovalie).

    Des maillots et autres objets y sont exposés, offerts par des joueurs français et étrangers, certains très célèbres, en signe de gratitude à Notre-Dame.

    Elle offre aux joueurs de rugby actifs ou vétérans, ainsi qu’à leurs familles et amis, un lieu pour se recueillir dans un lieu qui leur est dédié.

    L’association « Les Amis de la Chapelle Saint-Louis, Notre-Dame de l’Ovalie » avec comme président Philippe Cubaynes, ancien joueur paraplégique, contribue au rayonnement de la chapelle.

    9le seigneur des anneaux

    Avez-vous remarqué que la cité médiévale de Rocamadour, accrochée à la falaise, présente une ressemblance avec la description de la cité blanche de Minas Tirith, la capitale du Gondor dans Le Seigneur des Anneaux ?

    Il se dit que J. R. R. Tolkien a visité Rocamadour avant d’écrire son roman. S’il a bien fait un voyage en France en 1913, il n’y a semble-t-il aucune source fiable attestant cet évènement.

    Même si Tolkien n’a jamais explicitement mentionné Rocamadour comme source d’inspiration, il a évoqué son admiration pour l’architecture médiévale et les paysages spectaculaires, éléments clés de son œuvre.

    L’atmosphère mystique et légendaire de Rocamadour, avec ses récits de miracles et sa Vierge Noire vénérée, se retrouve dans l’univers du Seigneur des Anneaux, marqué par la magie, les créatures fantastiques et la lutte entre le Bien et le Mal.

    Minas Tirith, capitale du Gondor

    Sur la même thématique, pour approfondir votre découverte de Rocamadour, vous pouvez consulter ces autres articles :

    Nous vous proposons par ailleurs une liste de balades sympas autour de Rocamadour.

    Vue générale du gîte

    Rocamadour est un village unique qui ne manquera pas de vous émerveiller par son patrimoine exceptionnel, son atmosphère paisible et ses légendes fascinantes.

    C’est un lieu idéal pour une escapade inoubliable au cœur du Quercy, à la fois spirituelle et culturelle.

    Et notre gîte est parfait si vous recherchez une maison de vacances à côté de Rocamadour.