Nous vous proposons dans cet article de plonger dans l’univers fascinant de Rocamadour, ce village médiéval perché à flanc de falaise et de découvrir ses multiples facettes à travers le prisme amusant des chiffres.

    Mille ans d’histoire et de foi

    À travers quelques dates clés, découvrez l’histoire millénaire de ce village médiéval marqué par des événements religieux et historiques majeurs.

    Ces dates jalonnent l’histoire riche et mouvementée de Rocamadour, reflétant l’importance de ce sanctuaire marial, lieu de pèlerinage depuis des siècles.

    1166

    C’est l’année de la découverte du corps intact, des siècles après sa mort, présenté comme celui de Saint Amadour.

    Les faits historiques concernant Amadour sont peu établis.

    Selon la légende, après la mort de Jésus, il quitte la Terre Sainte et arrive en Gaule, pour finalement atteindre la région du Quercy.

    Il y trouve la solitude dans une grotte au pied d’un rocher escarpé, où il vit en ermite. Il y crée un petit oratoire sur un rocher consacré à la Vierge Marie. Il décède dans sa grotte et y est enseveli. C’est donc là qu’il sera retrouvé des siècles plus tard.

    Sa grotte devient un lieu de pèlerinage et de vénération, attirant des fidèles pendant des siècles.

    Icône de Saint Amadour

    1172

    C’est l’année où fut écrit le Livre des Miracles, où sont consignés les 126 prodiges et autres faits miraculeux attribués à Notre-Dame de Rocamadour (guérisons, protections des dangers…).

    Ce livre va rayonner dans le monde entier et fera un belle publicité pour le lieu : la cité mariale va ainsi devenir un des sanctuaires les plus importants de la chrétienté, une sorte de Lourdes du Moyen-âge !

    À cette époque Rocamadour est l’un des quatre lieux saints de l’Occident chrétien aux côtés de Rome, Saint Jacques de Compostelle et Jérusalem.

    1562

    C’est l’année où Rocamadour est victime des Guerres de Religion : des mercenaires protestants brûlent et pillent les édifices religieux et leurs reliques.

    Après la Grande Peste et la Guerre de Cent Ans, ce dernier épisode marque la fin du pèlerinage au sanctuaire…

    1838

    « Il y a un miracle dans chaque nouveau départ. »

    Cette citation de l’écrivain allemand Hermann Hesse est à prendre au sens propre dans le cas de Rocamadour !

    En effet c’est l’année où un prêtre parisien, l’abbé Caillau, très malade, est miraculeusement guéri ici.

    En remerciement, il lance la reconstruction du site dont il ne reste que des ruines après la Révolution et des siècles de négligences.

    Avec l’abbé Pierre Bonhomme, curé de Gramat, il relance le pèlerinage qui perdure aujourd’hui.

    Ruines du Palais des Évêques

    1936

    C’est l’année où le compositeur Francis Poulenc a écrit « Les litanies à la Vierge Noire de Rocamadour ».

    Cette œuvre majeure de musique sacrée a contribué à faire connaître encore plus la Vierge Noire au monde entier.

    Logo Chemins de Compostelle patrimoine mondial

    1998

    C’est l’année où l’ensemble des édifices religieux de Rocamadour est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant qu’étape sur les Chemins de Saint Jacques de Compostelle, consacrant son statut de lieu d’exception et d’intérêt universel.

    2024

    C’est l’année où vous avez l’opportunité de découvrir Rocamadour et ses trésors, un moment idéal pour se plonger dans l’histoire et la spiritualité de ce lieu magique.

    2028

    C’est l’année où Rocamadour espère obtenir le label « Grand Site de France », une distinction qui viendrait consacrer l’exceptionnalité de ce patrimoine.

    Un patrimoine culturel exceptionnel

    Rocamadour, sanctuaire accroché à flanc de falaise, concentre un patrimoine culturel et religieux exceptionnel, fruit de siècles de pèlerinage et de dévotion.

    La position spectaculaire du village, surplombant la vallée, renforce son caractère sacré et inaccessible.

    3

    La cité amadourienne s’organise sur 3 étages : au niveau supérieur le Château, au niveau intermédiaire le Sanctuaire et au niveau inférieur la Cité Médiévale.

    On retrouve ici la représentation des 3 ordres de la société médiévale : la noblesse (ceux qui combattent), le clergé (ceux qui prient) et le tiers-état (ceux qui travaillent).

    Rocamadour
    Notre-Dame de Rocamadour

    7

    Chiffre hautement symbolique lié au  dogme des 7 sacrements, c’est le nombre d’édifices religieux que l’on peut découvrir à Rocamadour, un véritable concentré de foi et d’histoire.

    La basilique Saint Sauveur abritent les reliques de Saint Amadour.

    La chapelle Notre-Dame est le cœur du pèlerinage à Rocamadour car elle abrite la statue dite de la Vierge Noire.

    Cinq autres chapelles (Sainte-Anne, Saint-Blaise, Saint-Jean-Baptiste, Notre-Dame, Saint-Michel) sont accessibles depuis le parvis.

    A noter qu’une 8ème chapelle (Saint-Louis) est venue récemment compléter l’ensemble initial.

    7

    C’est aussi le nombre de portes défensives de la cité.

    On ne va pas se mentir, le système défensif de Rocamadour fait l’objet d’un consensus disons nuancé parmi les historiens.

    Même s’il présente des éléments fortifiés (remparts, tours et portes), ces fortifications étaient plutôt symboliques que destinées à un siège militaire de grande envergure.

    Il semble avoir eu pour but principal de dissuader les attaques et de protéger les pèlerins et les reliques religieuses plutôt que de résister à un siège en bonne et due forme.

    Rocamadour - la porte Salmon
    Rocamadour - Le Chemin de Croix

    14

    C’est le nombre traditionnel des stations du Chemin de Croix, un parcours spirituel qui retrace les derniers moments de la vie de Jésus-Christ.

    A Rocamadour, le Chemin de Croix a été créé dans les années 1880 à partir d’un vieux chemin ; il circule en lacets à partir du Sanctuaire jusqu’au Château, avec une station à chaque tournant.

    66

    C’est la hauteur en centimètres de la statue de Vierge à l’Enfant, connue sous la double appellation de Notre-Dame de Rocamadour et de Vierge Noire, et qui fut l’objet depuis le 12ème siècle de l’un des plus importants pèlerinages de l’Occident chrétien.

    La taille modeste de cette statue en noyer couleur ébène étonne très souvent les visiteurs de la chapelle Notre-Dame, mais en fait elle est  très commune aux sculptures romanes de l’époque.

    Sa position élevée dans la basilique Notre-Dame participe à l’atmosphère mystique et intimiste du sanctuaire de Rocamadour et ne diminue en rien sa puissance symbolique et sa signification religieuse. 

    La Vierge Noire à Rocamadour

    216

    C’est le nombre de marches du Grand Escalier qu’il faut gravir pour atteindre la basilique Notre-Dame, sanctuaire principal du village.

    Très tôt, le Grand Escalier a été utilisé par les pèlerins comme chemin de pénitence pour les pénitents, volontaires ou forcés.

    Cette montée à genoux, accompagnée d’un « Je vous salue Marie » à chaque marche, perdure encore aujourd’hui pour de nombreux pèlerins du Sanctuaire.

    Parce que ces marches ont pu les faire souffrir, c’est souvent le chiffre que retiennent les voyageurs de passage à Rocamadour ; et c’est pourquoi nous l’avons aussi retenu pour le titre de cet article.

    Une cité médiévale vertigineuse

    Pour terminer ce parcours, nous vous proposons encore quelques derniers chiffres remarquables pour illustrer la richesse et la diversité de Rocamadour, un village qui ne cesse de fasciner et d’émerveiller ses visiteurs.

    120

    C’est le nombre de mètres de dénivelé qui sépare le fond de la vallée encaissée de l’Alzou jusqu’au sommet de la falaise de la cité religieuse.

    Pour le pèlerin, cette ascension progressive est une métaphore du cheminement spirituel. A chaque pas, il se rapproche du sanctuaire et s’élève vers le ciel, laissant derrière lui les préoccupations terrestres.

    Pour le touriste, cette ascension progressive est récompensée à l’arrivée au sommet par une vue spectaculaire sur la vallée de l’Alzou et le sanctuaire.

    Rocamadour - Panorama depuis les remparts du Château

    600

    C’est le nombre d’habitants de Rocamadour, un village aux dimensions humaines qui a su garder une grande partie de son authenticité.

    110 000

    C’est le nombre de requêtes mensuelles sur Google, qui fait de Rocamadour le village français le plus recherché par les touristes sur les moteurs de recherche.

    1,5 million

    C’est le nombre de visiteurs chaque année.

    La cité se se revendique ainsi le deuxième site le plus visité de France, après le Mont Saint-Michel !

    1

    Si l’on devait conclure quelque chose de tous les chiffres de cet article, 1 est le nombre de fois qu’il vous faut au minimum visiter Rocamadour pour découvrir sa beauté envoûtante et son atmosphère mystique !

    Au-delà des chiffres, une expérience unique

    Bien sûr, Rocamadour ne se résume pas à une simple collection de chiffres. C’est avant tout un lieu d’émotions, où l’histoire et la spiritualité se rencontrent pour créer une expérience unique.

    En gravissant les marches, vous ne faites qu’accomplir un geste symbolique, comme les millions de pèlerins qui vous ont précédé. Vous vous rapprochez du sanctuaire et vous préparez à vivre un moment de recueillement et d’émerveillement.

    Mais Rocamadour, c’est aussi un village vivant. C’est l’occasion de flâner dans les ruelles pittoresques, avec ses bars, restaurants et ses boutiques d’artisans et de producteurs.

    Nous vous proposons d’autres articles pour continuer votre découverte de la cité amadourienne :

    Vue générale du gîte

    Alors, n’attendez plus et partez à la découverte de la « citadelle de la foi » !

    Suivez les pas des millions de pèlerins qui, depuis des siècles, se sont rendus à Rocamadour pour vénérer la Vierge Noire.

    Que vous soyez un pèlerin en quête de spiritualité, un amateur d’histoire ou un amoureux du patrimoine, vous trouverez à Rocamadour de quoi satisfaire vos envies.

    Et notre gîte est parfait si vous recherchez un hébergement touristique proche de Rocamadour.